Charles Picq

Grand Écart – À propos de la danse contemporaine française

Ce documentaire de Charles Picq propose un panorama de la Jeune danse française entre les années 1980 et 2000. Le réalisateur part à la rencontre de figures majeures de la scène chorégraphique française et croise des extraits de spectacles ou de répétitions avec des entretiens de chorégraphes et autres personnalités du milieu de la danse.

Il s’est passé quelque chose de très fort dans les années 80. Comme une libération. L’émergence d’une pensée sur le corps, qui depuis, ne cesse d’être à l’œuvre, bien au-delà des apparences. Ainsi, à travers le portrait de quelques chorégraphes, j’ai voulu rendre hommage à tous les créateurs, et à tout ceux qui ont travaillé et travaillent à leur côté, pour ce qu’ils ont fait et font aujourd’hui.
Charles Picq

Charles Picq a commencé à filmer la danse en 1980, lors de la création de la Maison de la Danse à Lyon, qui lui confie la réalisation d’un fond d’archives vidéo. Il y rencontre de nombreux chorégraphes.
Ce film présente, par ordre d’apparition à l’écran : Françoise Dupuy (chorégraphe), Mathilde Monnier (chorégraphe), Maguy Marin (chorégraphe), Laurence Louppe (écrivaine, critique et historienne de la danse), Dominique Dupuy (chorégraphe), Jean-Paul Montanari (alors directeur du festival Montpellier danse), Joëlle Bouvier (chorégraphe), Régis Obadia (chorégraphe), Jean-Claude Gallotta (chorégraphe), Michel Kelemenis (chorégraphe), Régine Chopinot (chorégraphe), Boris Charmatz (chorégraphe), Dimitri Chamblas (chorégraphe), Jérôme Lecardeur (alors inspecteur de la danse au Ministère de la Culture), Karine Saporta (chorégraphe), José Montalvo (chorégraphe).


« Un ponton enneigé s’avance sur les eaux du lac d’Annecy. Sur les berges se dresse le théâtre de Bonlieu, scène nationale. À l’intérieur, Jean-Claude Gallotta travaille avec ses danseurs, dans la lumière bleutée d’un plateau.
Grand, les cheveux en bataille, l’allure bonhomme il marque le tempo en tapant dans ses mains. Les danseurs marchent en file, ils lancent la jambe vers l’avant à chaque pas et frappent aussi dans leurs mains. La marche se transforme en grand jeté tout autour du plateau… De nouveau la marche ponctuée par la frappe dans les mains. »
Audiodescription de Séverine Skierski.


Retrouvez l’audiodescription en intégralité de Grand Écart – À propos de la danse contemporaine française sur le site numeridanse.tv. ou en fichier son sur la chaîne YouTube “Acajou-Les Ressources”.

Vous pouvez également télécharger le dossier de presse d’Arte.

Crédits photo :
Charles Picq
Facebook Twitter Google+