Benjamin d’Aoust

La nuit qu’on suppose

Le documentaire de Benjamin d’Aoust met en images avec beaucoup de subtilité la phrase de Jorge Luis Borges « Le monde de l’aveugle n’est pas la nuit qu’on suppose » en filmant cinq personnalités dans leur quotidien.

À quoi ressemble le monde pour ceux qui ne le voient plus ? Qu’y-a-t-il dans cette nuit sans fond que l’on imagine tous ? Brigitte, Danielle, Hedwige, Bertrand et Saïd ont perdu la vue à différents stades de leurs vies. En explorant leurs univers, le film pose la question du regard et du lien que nous établissons avec nos sens, le monde et les autres.

Le réalisateur est heureux de vous proposer cet extrait accessible, également en audiodescription, qui vous présente une partie du portrait de Saïd Gharbi, danseur et fondateur de la compagnie belge Les BGM.

C’est comme si le fait de danser, le fait de bouger, de me mouvoir, me protégeait du reste. Saïd Gharbi


Lisez aussi l’article de Serge Meurant sur www.cinergie.be et consultez www.helicotronc.com et www.facebook/lanuitquonsuppose

Crédits photo :
c-lab.be – Cécile Van Caillie
Facebook Twitter Google+