La compagnie Acajou

L’axe de recherche

La compagnie Acajou questionne la hiérarchisation des perceptions dans l’acte de danser. Elle interroge la possibilité de modifier les équilibres entre la perception visuelle et les autres perceptions sensorielles - ainsi que les effets de cette modification - dans la recherche et l'écriture chorégraphique, ainsi que dans la transmission pédagogique et la réception d’un spectacle par des spectateurs.

Les enjeux

Depuis sa création en 2005, la compagnie ancre sa recherche dans un travail avec le public déficient visuel. Acajou défend la diversité sur le plateau et dans les lieux de danse : diversité des corps, des âges, des parcours, des origines.

La recherche poursuivie par la chorégraphe Delphine Demont se nourrit de rencontres humaines et artistiques qui viennent orienter chaque projet, et le décliner selon plusieurs axes : 

Parmi ces rencontres fondatrices, citons notamment les rencontres de personnes et les expériences suivantes : rencontre de Wilfride Piollet, expériences de résidence et workshops à Madagascar, résidence au CHU d’Angers et bien évidemment, rencontre de toutes les personnes déficientes visuelles qui nous ont accompagnés depuis 2005.

Historique et missions spécifiques

La recherche de Delphine Demont trouve son origine dans l’étude de la notation Laban. La lecture de partitions aux coordinations méconnues lui a imposé la découverte d’une disponibilité de corps et d’esprit très particulière, requise pour les notateurs lorsqu’ils remontent une danse : être ouvert et attentif pour comprendre à la fois comment le mouvement circule dans le corps et quelle forme il prend. Cette disponibilité, peu expérimentée et explorée en danse, lui a semblé essentielle à approfondir. Le désir de travailler avec des personnes déficientes visuelles est né de cette expérience, partant de la supposition que les personnes aveugles et malvoyantes devraient elles aussi avoir une telle capacité à accueillir ce qui se crée.

Depuis 2005, la compagnie a porté la création de nombreux projets et outils adaptés au public déficient visuel. Ces propositions s’inscrivent dans un contexte de démocratisation culturelle et de développement de l’accès à la pratique pour tous. La compagnie participe à ces évolutions, en proposant notamment des outils ouverts à tous et en lien avec l’histoire de la danse, permettant d’imaginer des activités mixtes en complément d’une programmation accessible ou inclusive. D’autre part, dans le souhait de partager les expériences dont nous avons connaissance, et pour que celles-ci servent la recherche en danse et dans la pédagogie de la danse, notre site internet offre également une plateforme ressources “Danse contemporaine & handicap visuel”.

Nos activités et projets se réalisent en partie grâce à votre soutien. Vous trouverez ici le formulaire d’adhésion (word ou pdf) pour l’année 2019. La compagnie Acajou vous remercie sincèrement de votre soutien.

Téléchargez également le dossier de présentation et la revue de presse de la compagnie.

L’univers visible n’est que l’apparence passagère d’un état de l’univers invisible. Camille Flammarion.


L’Équipe

  • Conseil d'administration : Daphné Jacamon - présidente Michel Zatarain - trésorier Isabelle Bruneau - secrétaire   

    Chorégraphe - Delphine Demont -  Delphine est titulaire d’un diplôme d’études approfondies en lettres modernes (Paris IV-Sorbonne) ainsi que du diplôme de perfectionnement en notation Laban au Conservatoire national supérieur de Paris et du Diplôme de Fin d’études en danse classique (conservatoire de Melun). Elle découvre la danse contemporaine en même temps qu’elle suit ses études et à travers plusieurs rencontres déterminantes, notamment celles de Sidonie Rochon, Wilfride Piollet, Christine Kono et Dimitrios Kraniotis. Ses débuts professionnels sont indissociables de la création de l’acaJOUET, soutenue par la Fondation de France, le Ministère de la Culture (Bourse à la recherche et à l’écriture en Danse de la DMDTS), la Fondation Orange et la Fondation Coloplast, et orientent son parcours vers la recherche appliquée avec le public mal et non-voyant. Elle défend une voie où la recherche artistique et pédagogique sont étroitement liées et peuvent donner lieu à des restitutions et formes de partage variées : textes, conférences, performances, créations amateures ou professionnelles. Depuis la création du duo "Clairières" en 2012 avec Saïd Gharbi, son écriture travaille la déconstruction et la participation du public dans une forme scénique, et place le temps de la rencontre au coeur du propos chorégraphique. Delphine travaille par ailleurs comme danseuse contemporaine ou baroque ; elle est actuellement intervenante et interprète pour le collectif I am a Bird Now.

    Professeur de danse - José Luis Pagés - Formé en théâtre à l’American Conservatory Theater de San Francisco puis à l’Institut de Théâtre de Séville et titulaire du diplôme d’État de professeur de danse, José Luis mène une carrière de danseur contemporain pour différentes compagnies en Europe de 1998 à 2010. En 2006, il rejoint la compagnie Acajou et depuis, conçoit et anime les ateliers avec Delphine Demont. José Luis est titulaire depuis 2014 du diplôme d’ostéopathe et exerce cette profession à Paris ; il a consacré son mémoire de recherche à l’étude de la qualité de vie des personnes déficientes visuelles.

    Danseurs et intervenants artistiques

    Lola Atger - Diplômée du CNDC D’Angers et titulaire d'une bourse Adami, Lola danse également pour Aurélie Berland et Olivier Bioret, et mène au sein du collectif pluridisciplinaire N/C une recherche vidéo-danse-acrobatie avec l’acrobate Verena Schneider (projet lauréat Création en cours 2018).

    Saïd Gharbi - Né au Maroc et installé en Belgique, Saïd est devenu aveugle à l’âge de 14 ans. Il rencontre Wim Vandekeybus alors qu’il étudie à la Ligue Braille et collabore avec lui de 1992 à 2001 puis en 2017). Il fonde en 2001 la compagnie Les Ballets du Grand Miro qui porte ses projets et ceux de sa femme Ana Stegnar. Il poursuit une carrière de danseur et d’acteur en Europe.

    Odil Gerfaut - Né aux Antilles, Odil arrive en France à Toulouse pour y suivre un enseignement spécialisé pour enfants déficients visuels. Il est aujourd’hui masseur-kinésithérapeute-ostéopathe. Passionné de danse après avoir été très sportif, il se forme à la danse contemporaine à travers les ateliers proposés par Acajou, puis en danse-contact et en danse de salon. En 2015, il participe au projet "Night Owl" du collectif La Horde.

    Fabien Monrose - A l’âge de 17 ans, Fabien rencontre Wilfride Piollet et Jean Guizerix, qui créer pour lui le solo "Pour rien" en 2010. Fabien travaille avec Andy De Groat, Claudio Basilio, Nathalie Adam. Diplômé en notation Benesh, il se spécialise notamment dans la notation et la reconstruction du répertoire de la post-modern dance.

  • Autres collaborateurs artistiques :  Valérie Castan (audiodescription), El Hadi Guidoum (danse), Inès Hernandez (professeur de danse), Wilfride Piollet (conception d'outils pédagogiques), Maï Pham (animation d'ateliers), Anne Reymann (alimentation du site internet), Mathias Roche (lumières), Séverine Skierski (audiodescription).

    Autres collaborations : Eh eh bureau

  • création 2018 La compagnie porte actuellement un nouveau projet de création : - Nouvelle lune - , pièce pour six interprètes qui interroge les fictions de la danse que chacun porte en lui et les points de rencontre corporels et imaginaires entre les interprètes, et entre la scène et le public. Ce projet chorégraphique est associé à des (en)quêtes de danses dont le premier volet est mené en 2017-2018 auprès du SAMSAH 93, dans le cadre du dispositif Figure Libre financé par la Seine-Saint-Denis, en partenariat avec le CND.

Au premier plan, Odil, debout de profil droit, avance vers la gauche de la photographie, vêtu d'un t-shirt orange et d'un pantalon bleu. Lola, vêtue d'un t-shirt blanc et d'un pantalon noir, se pend à son cou derrière lui. En arrière plan à gauche, Delphine est assise sur une table et les regarde. Elle porte un pantalon blanc large, par-dessus lequel elle a superposé une jupe jaune pâle, une robe plus courte écru à pois roses, un cache-coeur noir et un bonnet de ski avec un pompon. En arrière-plan à droite, dans une diagonale vers le fond et la droite, Saïd, t-shirt bleu et pantalon gris, est allongé sur le dos, la tête vers nous. Fabien est debout dans le fond, juste devant ses pieds. Il est vêtu d'un collant de ski aux motifs rouges, blancs et noirs, d'une veste en velours noir et d'une coiffe en forme de turban. Il a les mains dans les poches et regarde Lola et Odil.

Distinctions